pelloche

pelloche

mardi 28 février 2017

Le cinéclub de Potzina de février: mes films de chevet

Pour le ciné-club de Potzina, ce mois de février, le blog The Movie Freak nous avait proposé un thème pas évident de premier abord: Film(s) de chevet. Je me suis triturée la tête pendant tout le mois pour me demander ce que j'allais vous présenter: un ou plusieurs films. Et puis finalement, je n'ai pas pu choisir, alors j'ai tout mis. Donc, contrairement à mon habitude, on va faire très court sur chaque film, pas d'analyse, juste une liste non exhaustive des films que je vois régulièrement, en espérant avoir pour chacun, un jour, la possibilité d'écrire un article complet.

Si vous ne connaissez pas le ciné-club de Potzina, je vous rappelle un peu le principe: à la base créée par la blogueuse Potzina, il a pour but de partager des chroniques ciné sur un thème donné chaque mois, et de découvrir ainsi un max de bons films. Tous les mois, un blogueur ciné participant propose un thème et répertorie tous les articles des bloggueurs participants. Pas de pression, aucune obligation de participer tous les mois, juste une envie de se stimuler les uns les autres. Si vous avez envie de participer, n'hésitez pas à nous retrouver sur notre page facebook.

Certaines personnes ressentent le besoin d'avoir une pharmacie bien remplie en cas de besoin. Moi, en cas de coups, durs, j'ai une DVDthèque bien pleine, et c'est là qu'on va trouver mes films de chevet.

On parle souvent de feel-good movies, et y'a rien de plus vrai. J'en ai au moins un pour chaque symptôme, pour chaque bobo. Voilà donc ma prescription. Ici, pas de produits bio et naturel, pas de recette de grand mère, que de la chimie à base de chlorure d'argent, à prendre en voie optique et auditive, à répétition jusqu'à disparition des symptômes.

1. Un coup de mou? Le traitement multivitaminé pour se rebooster: le film musical rock

Les films musicaux rock tiennent une place très importante dans ma filmothèque. D'abord parce que c'est probablement la musique que je préfère écouter, et que ce sont des films que je vois, revois et rerevois depuis mon adolescence. Je connais bon nombre des chansons par coeur et n'hésite pas à les chanter à tue-tête pour un gros effet énergétique.

Phantom of the paradise, Brian de Palma
Je ne m'étendrai pas sur ce film, je l'ai déjà fait ici lors de sa sortie au cinéma.

Waynes World, Penelope Spheeris
J'ai pas dû le revoir depuis au moins 3 ans, mais je l'ai vu tellement de fois auparavant qu'il n'est pas encore nécessaire de faire un check-up. Film générationnel et culte, je crois qu'au moins 15 % de mes conversations dans mes années lycées provenaient directement des répliques. C'est bébête, ça a pas super bien vieilli, mais c'est confort comme un t-shirt d'Iron Maiden et qu'est-ce que vous voulez "J'aime taper".

School of rock, Richard Linklater
C'est drôle, c'est enlevé, c'est émouvant, c'est le film parfait pour donner la pèche, avec des gamins qui envoient du bois, Joan Cusack qui chante Edge of seventeen. Et puis surtout Jack Black qui joue des sourcils, qui en fait trop mais tellement bien, et Immigrant song de Led Zep. Le mix idéal entre le film de rock, le film familial et la grosse comédie

Spinal tap,  Rob Reiner
Un hilarant rockumenteur cultissime dans lequel un groupe de Heavy Metal un peu has been part en tournée. A regarder avec le volume à 11.



2. Une grosse déprime? De la grosse comédie qui tache

Si ça ne va vraiment pas, c'est pas la peine d'y aller par 4 chemins: exit la subtilité, et vive les armes lourdes.

Zoolander, Ben Stiller
Je ne m'étend pas beaucoup non plus, parce que j'en ai beaucoup dit ici. Sachez simplement que ces effets bénéfiques sont aussi visibles avec les autres films avec et/ou de Ben Stiller, comme Tonnerre sous les tropiques et Dodgeball.

Anchorman, Adam Mc Kay
Dans les années 70, un présentateur de journal TV local complètement débile se fait voler la vedette par une femme. C'est complètement con, c'est divinement grossier et c'est à se pisser dessus. Fonctionne aussi avec les autres produits génériques contenant le principe hyperactif Will Ferrell comme Frangins malgré eux ou La Casa de Mi Madre.




3. La mélancolie? Un comédie douce amère

Je préconiserai les suivantes:
- Ghost World, Terry Zwigoff
Sur ce que c'est de devenir adulte dans une petite ville à moitié morte. Un très joli film issu de la BD éponyme, un des premiers rôles de Scarlett Johansson (avant qu'elle se prenne pour une sous Michelle Yeoh), Steve Buscemi impeccable, et une très touchante Thora Birch (qu'est-ce qu'elle devient, d'ailleurs, Thora Birch?)

- Ca tourne à Manhattan, Tom Di Cillo
On reste avec Steve Buscemi sur le tournage d'un film indé à petit budget. C'est drôle, c'est féroce, et y'a la plus chouette scène de remise de prix au monde. Un des premiers rôles de Peter Dinklage où il remporte la palme des plus belles répliques et une belle prestation de Catherine Keener.

- Fallen Angels/Chungking Express, Wong Kar Wai
Impossible de choisir entre ces deux films chorales, qui parlent de l'amour et de ses questions de timing, sur un registre en apparence léger, mais à la tendre amertume. Ma période favorite du Maître.

- L'été de Kikujiro, Takeshi Kitano
Le délice d'une histoire d'amitié entre un yakusa bourru et un gamin esseulé. Le film le plus mimi de Kitano.


4. Un chagrin d'amour (Putain, ça fait mal)
a. C'est récent et vous avez envie de pleurer un bon coup

In the mood for love, Wong Kar Wai
Et oui, c'est le troisième WKW de la liste, mais on ne dira jamais assez de bien de la médecine chinoise. Toujours pour dire que l'amour est une histoire de timing, une des plus belles romances impossible qu'on ait vu au ciné. C'est triste, mais c'est magnifique et ça soigne un coeur brisé.

Ma vie sans moi, Isabel Coixet
Un excellent mélo sur une jeune femme atteinte d'un cancer qui va faire une to do list d'avant décès. C'est déchirant, mais merveilleux. Et puis y'a Mark Ruffalo sexy en diable (team midinette de retour), et une Sarah Polley très touchante. La madeleine d'or de Girlie Cinéphilie, rapport aux hectolitres de larmes versées devant ce film.

b. Vous avez envie d'y croire encore

J'me sens pas belle, Bernard Jeanjean
Un petit film qui paye pas de mine, mais une comédie romantique en huis clos drôle et émouvante, avec un couple de comédiens (Marina Foïs et le mimi Julien Boisselier) surprenant.


5. La monotonie conjugale

Pour remettre un peu de peps dans un couple éprouvé par le quotidien, rien de tel qu'une comédie romantique enlevée. Personnellement, j'ai un gros faible pour le délicieux couple de cinéma Doris Day/ Rock Hudson dont la complicité crève l'écran. C'est drôle, pêchu et légèrement gonflé. Un vrai bonheur, encore plus à deux:

Confidences sur l'oreiller, Michael Gordon
Sur une décoratrice et un compositeur qui ont le malheur de partager la même ligne téléphonique.

Un pyjama pour deux, Delbert Mann
Sur 2 publicitaires concurrents qui vont se détester puis s'aimer



6. La pression familiale

Un air de famille, Cédric Klapish
Des dialogues cultes, le meilleur des Jaoui/Bacri, et une famille qui ressemble à la nôtre.

Taste of tea, Ishii Katsuhito
Un film tout simplement adorable sur une famille de rêveur et d'originaux. Des images merveilleuses et le tube dangereux "Yamayo" (Pourquoi dangereux? Ecoutez le une fois, vous comprendrez)



7 Le vieillissement prématuré
Rien de tel qu'un bain de jouvence avec les films qui m'ont le plus éclaté étant gamine

Un jour sans fin, Harold Ramis
Un film doudou par excellence j'en avais déjà parlé ici

Les valeurs de la famille Adams, Barry Sonnenfeld
Encore meilleur que La famille Adams, les dialogues sont délicieux, tout le monde a l'air de s'amuser comme des fous avec l'arrivée d'un nouveau bébé et d'une bien étrange nounou.



8. Besoin de faire du sport

- Danser avec Chantons sous la pluie de Stanley Donen et Gene Kelly
On fait pas plus classique, mais c'est pas pour rien. On ne rappellera jamais assez à quel point ce film situé à Hollywood à l'arrivée du parlant est euphorisant.

- S'exercer aux arts martiaux avec Drunken master de Yuen Wo Ping, où un tout jeune Jacky Chan apprend la technique de l'homme saoûl, ou Histoires de fantômes chinois, de Tsui Hark, où le beau Leslie Cheung va faire rimer mandale et érotisme fatal.


9. Affronter ses peurs

Rien ne vaut pour surmonter ses angoisses que de s'y confronter, de manière fictive si possible.

La peur du futur
J'ai très peur de l'avenir, alors je m'entoure de film qui assouvissent mes pires craintes; la peur des intelligences artificielles, avec Ghost in the shell, de Mamoru Oshii, des mondes virtuels avec le splendide Avalon du même auteur ou le sous-estimé Strange days de Kathryn Bigelow, de la malbouffe, avec le terrifiant Soleil vert.




La peur des monstres
The thing, de John Carpenter et son horrible créatures des glaces ou un bon vieux zombie dans le film du même nom de Georges Romero (qui fonctionne aussi si on a peur de la société de consommation).

La peur des sorcières
Suspiria, le chef d'oeuvre de Dario Argento continue de me terroriser par son incroyable bande-son et sa beauté formelle.

La peur des piafs
Les oiseaux, d'Hitchcock, est probablement à l'origine de cette peur dont je me suis débarrassée rapidement. Mais je le regarde donc assez souvent pour être sûre de l'avoir bien exorcisée.



10. l'Insensibilité
 Cela peut être vite réglé avec 2 films qui sont au summum de la beauté et ont comme points communs un sublime traitement de l'image noir et blanc, et une barque sur l'eau. Attention, chez certains patients, cela peut créer un sérieux syndrôme de Stendhal.

Dead Man, Jim Jarmush
Un voyage noir et cruel dans l'Ouest américain, rythmé par les riffs lancinants de Neil Young et la poésie de William Blake

La nuit du chasseur, Charles Laughton
Un conte effrayant où deux enfants sont menacés par un abominable pasteur repris de justice. Un chef d'oeuvre jamais égalé.



Voilà, ça c'est la prescription pour mes petites maladies chroniques, tout prêt de mon chevet. Mais si vous souffrez d'autre maux, n'en doutez pas, il y a un film pour vous.

12 commentaires:

  1. Très jolie liste, j'ai eu un énorme coup de coeur pour Phantom of paradise :). Et bien sûr La famille Addams, Zoolander :).
    Gros bisous à toi, à très vite et à plus sur nos blogs respectifs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Phantom m'accompagne depuis tellement d'années. J'ai même eu une période obsessionnelle où je le regardais au moins une fois par mois. Il fait vraiment partie de ma famille.
      Bisous

      Supprimer
  2. Merci pour tous ces bons conseils ! En plus, il y en a plein que je ne connais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est avec plaisir, n'hésite pas à me dire ce que tu en a pensé si tu en vois quelques uns

      Supprimer
  3. Quelle liste! J'en ai vu très peu au final, 8 mais quelques uns sont déjà sur ma liste. Je te comprends parfaitement, impossible de ne choisir qu'un seul film. Ta liste thématique est une très bonne idée.
    (Comment as -tu fait pour te débarrasser de ta peur des oiseaux car moi elle m’enquiquine sévère...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bonne idée de la liste thématique, c'est surtout que ça m'a obligée à faire le tri et ça c'est pas plus mal parce qu'il aurait fallu que je fasse cet article en plusieurs tomes, sinon :-)
      L'avantage de la peur des oiseaux, c'est que je ne l'ai qu'à partir du moment où j'ai vu le film d'Hitchcock. Je pense que la guérison vient du fait qu'à part une oie qui m'ai couru après, je n'ai jamais vraiment été attaquée par des oiseaux. Je les trouve même plutôt mignon (sauf les oies, c'est vraiment des sales bêtes)

      Supprimer
  4. Beaucoup de films que j'aime là-dedans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en attendais pas moins de toi :-)

      Supprimer
  5. Bon. J'en ai certainement pas vu assez pour pouvoir prétendre faire un commentaire mais juste... La Famille Addams, quoi. Volume 1&2, même combat, je suis fan :D Mercredi 4 eva.

    "On n'est pas timide.
    - On est contagieux."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Team Mercredi!
      "Ce sera moi la victime!
      - Oui, toute ta vie"

      Supprimer
  6. (C'est comme une grève de métro quand tu restes sur le quai)

    Toujours sympa ce genre d'article quand on sait et apprécie ta culture !
    Bon je vais faire ma chieuse en rappelant que le 1er mockumentaire de rock est du Comic Strip avec Bad News et More Bad News, deux moyens-métrage écrits pour Channel 4 dont le 1er est sorti 1 an avant le film US. Avec Peter Richardson, Nigel Planer, Adrian Edmondson, Dawn French, Jennifer Saunders et ...erm... Rik. Et il faut vraiment que je vois Waynes World #inculture
    Et en comédie ce bon vieux 40 ans toujours puceau et Le Miraculé parce que Mocky <3 et Serrault <3 et Poiret <3
    Ohh pour la mélancolie j'aurai plus pensé à une comédie pleine de douceur comme Tati, après tes trouvailles me sont inconnues.
    J'me sens pas belle c'est tellement rare qu'il soit citer, une jolie petite romance amère et un duo complice, Boisselier est sous-utilisé par le ciné.
    Sinon mon classique c'est Les Temps Modernes, je crois que c'est la perfection et la magie qui m'émeuvent à chaque fois, j'ai toujours une petite larme à la fin tant c'est beau et pourtant j'ai du le voir + de 50 fois. Bon parfois Odette Toulemonde quand je redeviens midinette.
    Ahh Jaoui/Bacri <3 Je rajouterai 8 femmes. Et Les Soeurs Fâchées très cruel mais j'adore le duo Huppert/Frot.
    Chantons sous la pluie, bien sûr ! Un mythe qui n'a rien perdu de sa superbe avec la malheureuse Debbie :(. Je n'en ai jamais vu mais j'aime voir des extraits du duo Astaire/Hayworth, les Nicholas Brothers et cette scène exceptionnelle tirée d'Hellzapoppin https://www.youtube.com/watch?v=ahoJReiCaPk
    Tiens j'ai cru apercevoir une image de Zombie, je te rejoints évidemment sur ce point, avec le Train pour Busan !
    Rhooo La Nuit Du Chasseur ça n'a pas vieilli, la tension marche toujours aussi bien, incroyable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (C'est comme si Roméo n'aimait plus Virginie)
      Ah désolée, j'ai laissé passer ton com entre mes filets, mais je me rattrape! Rholala, il faut que je vois ce rockumenteur! Je sais que je peux toujours compter sur toi pour me faire découvrir des merveilles britanniques :-)
      C'est vrai que 40 ans toujours puceau c'est cool, mais je pouvais pas tout mettre, j'ai même dû renoncer à Pick of Destiny et Frankenstein junior.
      Je suis contente de ne pas avoir été la seule à avoir été touchée par je me sens pas belle. Et je voudrais pas faire ma midinette de service, mais Boisselier, dedans, il est quand même troublant de choupinitude.
      Ca fait très longtemps que je n'ai pas vu les temps modernes, mais j'ai toujours eu un faible pour La ruée vers l'Or. Je n'ai pas assez vu le train pour Busan pour qu'il fasse partie de mes films de chevet, mais je me rends compte que j'ai oublié de noter 28 jours plus tard, que je trouve exceptionnel de bout en bout et que je revois assez régulièrement.
      Quant à la nuit du chasseur, que veux-tu, on ne peut lutter devant tant de beauté!

      Supprimer