pelloche

pelloche

jeudi 29 juin 2017

Ciné-club de Potzina: school of rock


Qu'ils tombent bien ces thèmes de ciné-club! Ils me permettent, tous les mois d'évoquer un peu plus longuement mes films de chevet. Ce mois-ci, Bagarang Daily nous a propose un sujet pour retomber en enfance et en adolescence: "L'école au cinéma"

Je n'avais que l'embarras du choix, tant le sujet sait occuper des genres différents: le teen-movie (de Clueless à 10 bonnes raisons de te larguer, en passant par Supergrave  ou Le Beaux gosses, je suis un peu une fan du genre), le fantastique (Innocence ou The Faculty) , l'épouvante (Disparues, Suspiria, Carry), le film social (La journée de la jupe, La vague), ou même le film d'action à gros bras (le ridicule The Substitute) ou le documentaire (La cour de Babel, Etre ou avoir). Comme beaucoup de meilleurs souvenirs de ma vie, de nombreux beaux souvenirs de cinéma se passent à l'école. Et comme la musique, et notamment le rock y sont également souvent présents, je ne pouvais pas passer à côté du meilleur pré-teen movie scolaire​ de rock, le formidable School of rock (sciemment, je refuse d'utiliser le désolant titre français Rock Academy).

Dewey Finn (Jack Black) est guitariste dans un groupe de rock et c'est toute sa vie. Sauf qu'il se fait virer de son groupe et que c'est justement à ce moment là que son coloc, un prof remplaçant, va en profiter pour lui demander de payer la moitié du loyer. Acculé, humilié, il va se substituer à son substitute de coloc et lui piquer un contrat comme prof de maths. Quand il va découvrir le talent artistique de ses jeunes élèves, il va décider de les utiliser comme musiciens afin de regagner ses galons de rock-star dans un concours.


Clairement, School of rock est placé très haut dans ma liste des films vus, revus et rerevus, et que rien que d'en parler, je me le reverrais bien, là, tout de suite. C'est tout simplement un petit bonheur de film, un sommet de l'entertainment, un vrai feel-rock movie (un feel-rock movie, c'est comme un feel good movie, sauf qu'on en sort en brandissant des cornes avec ses doigts, en faisant l'hélicoptère avec sa chevelure et en hurlant "Oh Yeahhhhhh!).

Comme on s'en doute, School of rock a déjà une qualité indispensable: le rythme, efficace comme un pattern de Dave Grohl. Tout est mené à la double pédale et s'enchaîne à la perfection. les gags, bien évidemment, mais aussi les scènes musicales, et même les scènes émotionnelles (parce que oui, moi je pleure à chaque fois que je vois School of rock). On ne s'ennuie pas une seconde, et on est complètement énergisés.

Ensuite, c'est une très grande comédie. Tout fonctionne. Jack Black, d'abord, qui en fait des caisses mais est pourtant au sommet de son art, même dans ce qu'il peut avoir d'agaçant. Il est tout simplement parfait: bondissant, ridicule, fourbe, étrangement sexy, pleutre, bête de scène, passionné, mentor, hypermobile des sourcils, multi-vocaliste et infiniment rock'n roll. Je voudrais avoir un Jack Black à la maison pour chaque moment où j'ai un coup de blues. Pour le reste, rien a jeter non plus, la trop rare Joan Cusack est formidable en directrice d'école collet-monté. Je parle même pas des gosses qui sont tous d'excellents comédiens. Les dialogues sont des mines de répliques à réutiliser et les situations comiques sont hyper efficace. Le film est hilarant, point.



Enfin, niveau wok-aine-wol, ça envoie de la bûchette. D'abord parce que bon sang, musicalement, ça déchire. La bande-son est géniale de bout en bout et tout film qui utilise avec autant de lyrisme Immigrant song devrait être célébré. Mais surtout, ça joue, comme on dit. Ça joue grave. Le réel talent de Jack Black en tant que chanteur n'est plus à démontre, mais quand on s'attaque aux jeunes membres du groupe, c'est au-delà de tout ce qu'on pouvait espérer. Ces gamins sont des grosses brutasses qui dégomment tout sur leur passage. Ils sont incroyablement bons, à la limite d'être super énervants et de vouloir jeter ses instruments si l'on a de quelconques modestes velléités de faire bouger des têtes. Ils sont proprement monstrueux de talents. Enfin, pour tous les amoureux du genre, School of Rock est gâvé des meilleures références du genre et c'est un plaisir de les dénicher dans les répliques et les images. Ce film parle à des rockeurs comme Star Trek parle à des geeks, et je ne connais pas un amateur de rock et du film qui n'ait pas fait d'arrêt sur le plan suivant pour s'extasier du schéma de Dewey.






8 commentaires:

  1. J'en ai beaucoup entendu parler et il faudrait que je le voie un de ces jours :).

    RépondreSupprimer
  2. J'adore littéralement ce film, je le regarde à chaque fois qu'il passe à la TV, et la petite qui se trouve trop grosse et qui chante comme une déesse, je suis fan, trop craquante!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi, tu te mets à pleurer à chaque fois qu'elle sort une note? Un phénomène cette gamine. Et je ne sais pas si tu as vu la vidéo de leur réunion, mais aujourd'hui, elle a une voix encore plus dingue

      Supprimer
    2. A tous les coups, j'ai la chair de poule quand elle se met à chanter, affreux! Et non je n'ai pas vu cette vidéo, mais il faut absolument que je trouve ça, merci ;)

      Supprimer
    3. C'est cadeau
      https://www.youtube.com/watch?v=refCJcJJZso

      Supprimer
  3. Je l'avais adoré! Vu car c'est un coup de cœur de mon chéri et ton article me donne envie de le visionner à nouveau :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un truc dingue avec ce film: on peut le revoir à foison, ça fait toujours plaisir. D'ailleurs, devine quelle est la première chose que j'ai faite après avoir écrit ce billet???

      Supprimer